Pôle Saint-Hélier

A RENNES

 

vasculaire

Voir la galerie

 

LES AMPUTES DE MEMBRE INFERIEUR

 

En France, environ 8 000 nouvelles amputations de membre inférieur sont réalisées par an et la population des amputés de membre inférieur est d’environ 90 000.

Les causes d’amputation sont :

  • l’ artérite, pour 70% à 80 %
  • les traumatismes, par accident du travail ou accident de la voie publique, pour 10 à 15 %
  • les tumeurs, en général malignes
  • les infections, compliquant souvent un diabète
  • les malformations congénitales

     

    L’artérite est donc la principale cause des amputations de membre inférieur. Elle représente une des localisations de l’athérosclérose qui est l’altération de la paroi de toutes les artères de l’organisme, dont la lésion initiale est l’athérome. Celui-ci est formé de dépôts graisseux dans la paroi de l’artère, qui se calcifient, s’ulcèrent et finalement obstruent le vaisseau, empêchant l’apport d’oxygène aux tissus périphériques : c’est l’ischémie.

    Les principaux facteurs de risque de l'artérite et de l’ischémie sont : le tabac +++, le diabète +++, les troubles lipidiques, l'hypertension artérielle, la sédentarité, le stress, le cannabis. Ces facteurs de risques doivent impérativement être traités à tous les stades de l'artérite, y compris chez l'amputé, sous peine d'aggravation de la maladie. En effet, la mortalité des amputés artéritiques est élevée dans les années qui suivent ce traitement du fait de la généralisation du phénomène ischémique contre lequel il faut lutter. Les causes de mortalité sont cardiaques dans plus de la moitié des cas.

     

    REEDUCATION

     

    Quel que soit le niveau d’amputation, celle-ci est vécue comme un grave traumatisme par le patient et son entourage. Le schéma corporel  est «mutilé», l’identité en est perturbée…

    Cela entraîne le plus souvent  une réaction psychologique marquée, un phénomène de deuil de la vie d’avant.  Le déconditionnement à  l’effort s’y ajoute  et le retentissement est important dans la vie du patient, de son entourage familial et professionnel…

     

    Tous ces éléments sont pris en compte dans les objectifs de rééducation et de réadaptation. . A Saint Hélier, elle s’appuie sur l’expertise de professionnels spécialisés coordonnés par le médecin rééducateur qui vous expose à l’admission le projet thérapeutique en fonction de votre situation.

    Grâce aux progrès techniques, la plupart des amputés de membre inférieur peuvent être appareillés par des prothèses ou des chaussures orthopédiques. Cet appareillage débute avec des matériaux modernes  adaptés aux étapes de cicatrisation. S’y associe un réentraînement à l’effort et la verticalisation dès que possible. Le suivi de l'adaptation de l'appareillage est fondamental afin d'éviter des blessures du moignon qui conduiraient alors à l'abandon de celui-là.